Tests

Leica M8

leica m8

Description du Leica M8

Via ce Leica M8, la série M a connu un grand tournant dans son existence. En effet, ce modèle signe la transposition de la série M et le numérique. De plus, cet appareil rapproche le design des appareils photos des années 1950 avec les éléments numériques moderne. Ce nouveau concept de Leica touche particulièrement les adeptes de la photographie d’antan tout en profitant des bénéfices offerts par le numérique. Lors de notre premier contact avec le fameux M8 de Leica, l’un des points qui nous a tout de suite surpris c’est sa ressemblance très marquant avec un M argentique. Comme nous, si vous possédez ces deux modèles, mettez-les côte à côte afin de voir de vos propres yeux cette similitude entre ces deux appareils.

Les avantages

  • Réactivité moins d’une seconde
  • Existence de chargeur sans câble afin de recharger la batterie
  • Expositions totalement surprenante
  • Inexistence de bruit lors du déclenchement du tir
  • Qualité des images très bonne

Les inconvénients

  • Les vibrations trop présentes
  • Dysfonctionnement du profil de conversion des couleurs dans le menu « Capteur One »
  • Existence du phénomène « bleeding »

La prise en main

Lors de l’utilisation du Leica, il est important de souligner au tout début que le revêtement de cet appareil ne glisse pas et sa prise en main est très agréable. De plus, les boutons utilisés pour naviguer, placés à l’arrière de l’appareil sont d’une très grande aide pour les doigts à s’immobiliser. Enfin, l’un des inconvénients de cet appareil est l’inexistence de levier. En effet, ce dernier est utile afin de réarmer et surtout pour manipuler en toute sécurité l’appareil quand le photographe ne prend pas de photo.

Les points forts du Leica M8

Le Leica M8 est un produit authentique et mythique. Il possède tant d’avantages, au niveau de son esthétique que la qualité de l’image produite par cet appareil. Allons voir ensemble quelques éléments qui différencient ce modèle par rapport à son prédécesseurs.

ViseurErgonomieRéactivitéAutonomieExpositionOptiquesBruit déclencheurQualitéBalanceBruit numérique

Quant au viseur, la différenciation de grossissement par comparaison à un 0.72 n’est pas très nette. De plus, nous jugeons même que M8 est plus lumineux que le M7 doté d’un viseur nommé « d’avant le MP ». Puis, nous vous conseillons juste de vous accoutumer  à la paire des cadres concernant le 24 et le 35 qui parait assez biscornu lors de votre premier essai. Enfin, le cadre du 75 s’avère être difficile également.

Hormis la prise de vue dont l’ergonomie est voisine à celle de l’ancien M7, le part numérique du M8 a également reçue ce concept minimaliste. L’une des reproches que l’on peut faire au Leica M8 est de ne pas rendre visible en permanence les paramètres les plus utilisés comme la sensibilité, la correction et la balance des blancs.

Cependant, durant notre manipulation de ce produit, nous avons constaté que ce point négatif ne s’avère pas être un problème. En effet, il est plus agréable de posséder un écran de grande taille permettant d’afficher les réglages en caractère de meilleure et grande taille. Puis, la marque Leica a divisé les paramètres en deux menus très distincts. D’un côté, vous avez la touche Sel dans laquelle se situent tous les réglages de maniement habituel. D’autre côté, la touche Menu qui permet à l’employeur d’atteindre les autres réglages comme l’heure, le formatage, etc.

La réactivité de cet appareil est bonne, nous avons constaté une grande amélioration à ce niveau en le comparant avec le DMR qui prend 3 secondes pour s’allumer et très lent à voir les photos. En effet, le M8 ne nécessite même pas une seconde afin de s’allumer. Certes, cet allumage ne se fait pas aussi rapide que pour les appareils de la marque Canon. Enfin, concernant l’écriture sur la carte SD, elle se réalise rapidement également, de même pour l’affichage des photos.

Normalement, l’autonomie de cet appareil est de 500 vues mais nous n’avons pas encore réalisé ce test. Par ailleurs, il est important de souligner que les consommateurs passent beaucoup de temps à visualiser l’écran, qui affaibli rapidement la batterie. Cependant, en cas de panne de batterie, vous pouvez le charger via son chargeur démuni de câble qui est plus pratique. En effet, il suffit de mettre la batterie à l’intérieur du chargeur et de le brancher sur une prise par la suite.

La cellule est totalement surprenante. En effet, elle emploie le même concept que celui utilisé par les M7, M6 et MP, qui normalement n’est pas conçu pour le numérique. Etonnamment, nous pouvons l’utiliser en mode automatique. Néanmoins, ce dernier connait également des limites. Notamment, lors des réalisations des photos de forts contrastes, comme le cas des images de nuit.

Selon notre constat, l’un des points faibles de ce Leica M8 réside dans le format de son capteur. En effet, sa dimension est en-dessous de 24×36 mm. La justification de ce choix touche principalement le prix de l’appareil ainsi que la qualité de l’image produit.

Il est important également de relever ce point qui le différencie des M classiques. En effet, avec ce Leica M8, le bruit de déclenchement est quasi inexistant. Ce point est assez important car cela joue sur la sensibilité de votre sujet. De plus, une fois, nous avons capturé des images à l’intérieur d’une cathédrale qui n’était pas vide mais personne n’a remarqué que nous avons pris des photos en raison du bruit de cet appareil.

La qualité des photos prise via ce Leica M8 est très bonne. En effet, elle est très marquant avec des couleurs différents, des photos « argentiques » comme on les aime doter d’un piqué qui honore les optiques. Pour avoir une idée très claire de sa qualité, il suffit de regarder les photos prises par le Canon EOS 5D.

Certes, une grande amélioration a été réalisée par le Leica avec ce produit par rapport au fameux DMR concernant la balance des blancs. Néanmoins, beaucoup de pas reste encore à franchir afin que ce modèle puisse se mesurer au Nikon D2X. Nous avons remarqué que la balance des blancs automatique marche assez bien à l’extérieur. Cependant, il est très important de réaliser des sauts inattendus entre 5 600 K et 3 500 K pour un sujet identique en fonction de la transformation de cadrage ou bien de l’optique.

Pour faire face à ce problème, voici quelques techniques efficaces que nous avons déjà utilisées :

  • Oubliez l’automatique car vaut-mieux toujours sélectionner sur l’appareil le paramètre relatif à la lumière présente ;
  • Réalisez des balances des blancs manuelles de temps en temps.

Quant au Raw, plusieurs choix s’offrent à vous :

  • Remettre l’appareil sur 5 400 K et réalisez la correction dans « Capture One » si la lumière utilisée est artificielle ;
  • Clicher de temps à autre une charte de gris ;
  • Employer le paramètre d’ajustement auto de la balance des blancs situé dans « Capture One ».

Le bruit numérique et les hautes sensibilités : Des grandes rénovations sont également aperçues sur ces éléments. Tout d’abord, entre 160 ISO à 320 ISO, vous ne remarquerez pas de bruit. A un seuil de 640, le bruit existe mais très délicat et vous n’êtes pas obligé de l’ôter. Ensuite, à 1 250 ISO, il est assez important et nécessite une post-transformation. Enfin, à partir de 2 500 ISO, l’image n’endurera pas les accroissements.

leica m8

Les points négatifs du Leica M8

Comme tout équipement, le Leica M8 possède également des points négatifs mais trois éléments sont les plus marquants. Le premier inconvénient concerne la vibration de cet appareil. Contrairement au bruit émis par le déclencheur, les vibrations provoquées par l’obturateur se sentent beaucoup plus et sont très présents.

Ensuite, le deuxième point négatif touche la conversion des couleurs dans le menu « Capture One ». En effet, ce profil fonctionne normalement durant la lumière naturelle mais provoque une dérivation dans le magenta lorsque la température des couleurs s’avère être très basse arrivant à 2 400K. Il est important de souligner que la marque Leica est tout à fait au courant de ce problème qui se corrige facilement via un profil particulier pour les types d’éclairages considérés comme incandescents.

Enfin, le dernier inconvénient de ce M8 est le « bleeding », autrement dit, à une certaine sensibilité, notamment très haute, une source assez lumineuse va couler sur les pixels proches. Ce dernier se traduit par une bande horizontale qui comment de la source et barre quasiment la totalité de l’image. Sur ce Leica M8, cette bande ne survient que lors de l’apparition d’une source lourdement exposée au voisinage d’une bande assez claire. La bande horizontale se met uniquement sur ce dernier mais pas sur toute la photo.

leica m8

Conclusion

Bref, nous somme toujours  mitigé concernant cet appareil de la marque Leica. En effet, d’un côté, nous avons des très belles images et totalement authentique. D’autre côté, le problème de « bleeding » qui gâche notre plaisir. Néanmoins, shooter via ce M8 est un pur bonheur que nous recommandons vivement.